DÉMARCHE

Ma pratique

Peintre graveur, j’utilise des médiums acryliques sur des supports multiples.

L’hiver je peins à l’encre, dehors sous -10 Celsius, à plat sur le papier, avec de l’encre acrylique. Je poursuis mes recherches avec cette technique depuis 18 ans. Le froid hivernal imprime ses traces de givre et de flocon de neige dans le papier. Il agit sur les pigments de manière aléatoire, par séparation des couleurs, congélation et sédimentation. L’hiver devient mon assistant d’atelier.

Après l’hiver, je récupère avec des techniques mixtes le travail amorcé qui n’a pas donné un tableau.

En gravures j’utilise les techniques de collagraphie, de pointe sèche et de monotype.

Ma recherche

Depuis 2013 je puise mon inspiration dans nos modes d’extraction et d’exploitation des ressources de la terre et de leurs impacts négatifs sur l’environnement et le territoire. Je veux que mes oeuvres en témoignent sans faire de compromis esthétique.

L’intervention de l’hiver dans ma peinture donne des motifs uniques. Au delà de son intérêt plastique, les résultats du froid dans mes tableaux parlent de son importance pour la survie sur terre.

L’encre acrylique que j’utilise est un polymère à base de pétrole. Par mes oeuvres, ce fossile vient dire lui-même les conséquences désastreuses de son exploitation.

C’est l’abstraction qui m’intéresse. Le premier geste avec la matière amorce un dialogue avec ce qui se passe sur le support. Peindre et graver deviennent une danse avec l’aléatoire.